Régric, invité d'Alix Mag', nous parle de sa nouvelle série, "Le musée de l'étrange" qui paraît aux éditions du Long Bec, de Lefranc...et d'Alix.

Nous découvrirons prochainement  un dessin en hommage à Alix et ses 70 ans.

regric

 "Sept ans après "Été indien pour une Mini", vous revenez en librairie ce mois-ci avec une nouvelle bande dessinée publiée aux éditions du Long Bec, où votre scénariste de Lefranc, Roger Seiter  est éditeur. Parlez nous de cette nouvelle série? 

J’avais très envie de faire quelque chose qui m’appartienne vraiment et dont je puisse revendiquer la paternité du début à la fin. J’ai eu la possibilité de le faire aux Editions du long bec. Le projet leur a beaucoup plu et ils m’ont laissé carte blanche pour le développer. Cela a donné " le musée de l’étrange."
 
 Est-ce une série?
Tout dépendra du succès de ce premier volume mais bien sûr, j’ai mis un univers en place qui ne demande qu’à vivre d’autres aventures. J’ai déjà plusieurs idées pour la suite.

LME01

  Où êtes-vous le plus à l'aise: la ligne claire ou le dessin plus réaliste tel Lefranc?
Sincèrement, j’aime faire les deux. J’aime le style réaliste que j’ai adopté pour Lefranc avec ses ombres et ses détails de matière. Et quand je travaille sur des pages dite « Ligne claire » , j’aime au contraire l’épure que cela nécessite. Pour ce style, je dessine d’ailleurs toutes les planches sur une feuille séparée que je décalque et reporte sur une feuille propre. Cela m’aide à faire le tri, c’est à dire « nettoyer" le crayonné sans perdre la vivacité du trait, ce qui est primordial.
 Vous dessinez actuellement un reportage de Lefranc sur la conquête spatiale. Pouvez-vous nous parler de reportage?
Effectivement, je suis en train de réaliser un album dans la série des "reportages de Lefranc » en collaboration avec Pierre-Emmanuel Paulis, grand spécialiste du sujet. Nous discutons des sujets à illustrer et il me fournit le plus souvent de la documentation pour que je puisse dessiner les scènes avec le plus de précision possible. Je pense que ça va donner un très bel album. Il sortira en mai 2019 pour la commémoration des 50 ans du premier pas sur la Lune.
 

120728161_o

 Vous avec été le premier dessinateur des voyages de Lefranc, avec Jacques Martin. Comment se passait cette collaboration avec le Maître?
Quand j’ai commencé, il était question de faire l’histoire de l’aviation et l’histoire de l’automobile. L’aviation fut le premier sujet choisi par Jacques Martin. Je lui envoyais donc mes dessins par fax puisque j’habitais Paris à l’époque. Il les contrôlait, demandait des corrections ou validait les dessins que je passais à l’encre ensuite. Je devais renvoyer la version encrée à Jacques Martin pour la validation finale. Ensuite, ma femme s’occupait du coloriage. Je devais aussi m’occuper de l’écriture des textes. Ca a vraiment été un travail énorme de faire ces albums, vous pouvez me croire! Ces albums sont en voie de disparition puisque Casterman ne va pas les réimprimer, en tous cas pas sous la forme que nous connaissons. 
 
Vous annoncez sur votre blog une nouvelle aventure de Lefranc, prévue pour 2020. Quel en sera le thème?
C’est vrai! Roger Seiter m’a livré un scénario passionnant qui débute à Strasbourg et qui emmènera ensuite nos héros jusqu’en Afrique du sud. Dans cette histoire, il est question d’un enlèvement pour obliger un propriétaire terrien à vendre son domaine converti en réserve naturelle. Je n’en dit pas plus… Jeanjean revient et tout un passage de l’album se passe du côté du Haut Koenigsbourg sous la neige. Un vrai retour aux sources pour Lefranc!

121264663_o

Alix fête cette année ses 70 ans. Parlez nous de votre première lecture d'Alix.. 
Je ne me rappelle pas ma première lecture d'Alix. Ca a dû être dans le journal Tintin. En revanche,  je me souviens que lorsque j’allais m’acheter un nouvel album de Jacques Martin, c’était pour moi une sorte d’événement. Il n’en sortait pas très souvent, l’instant était donc solennel (rires). J’avais en main le nouvel Alix , le nouveau Lefranc! Ca n’était pas rien! Je savais aussi qu’en entamant la lecture d’un nouveau Lefranc, Alix ou Jhen, je rentrais dans une aventure dense, passionnante et bien dessinée. Ca n’était pas comme disait Jacques Martin, "de la BD barbe à papa » qui parait copieuse et qui finalement ne laisse rien en bouche.
 Merci Régric!!