Le 4 novembre prochain sortira "Mission Antarctique", la 26ème aventure de Guy Lefranc. Chargé du dessin de cette nouvelle aventure, sur un scénario de François Corteggiani, Christophe Alvès répond aux questions de Stéphane Jacquet. Le tout est agrémenté de la création d'une planche , du story-board de François Corteggiani à la planche colorée de Baptiste...en passant par les dessins de Christophe Alvès!

                                                lefranc a

                                                         

 À quelques mois de la sortie de la nouvelle aventure de Lefranc, dans quel état d’esprit êtes-vous?

Je ne pense pas encore à la sortie de l’album car je suis toujours en train de travailler dessus.
Donc un état d’esprit « tête dans le guidon », c’est d’actualité avec le Tour de France qui vient de se terminer.
Les vacances, ce sera pour plus tard.
En novembre, moment de la sortie de l’album, il y aura sans doute un peu de stress quant à savoir comment l’album sera accueilli par les lecteurs. Mais, chaque chose en son temps.

Extrait du scénario story-boardé de François Corteggianni - planche 3 de l'album

 Le story-board dessiné par François Corteggiani

 L'album est-il terminé?

Pas encore.
L’album sera terminé fin août au niveau des planches en Noir et Blanc. Il restera une quinzaine de jours de travail pour finaliser les couleurs.
Axel Borg  sera-t-il présent dans cet épisode?
Oui, nous retrouverons « l’ennemi » de Guy Lefranc dans un rôle assez différent de leurs précédentes rencontres.
Ce serait dommage de vous dévoiler l’intrigue de l’histoire, je préfère vous laisser le plaisir de la découvrir en lisant cette nouvelle aventure.

Etudes préparatoires pour la planche 3 de l'album, par Christophe Alvès

Le découpage de Christophe Alvès

 

Parlez-nous de votre technique de travail et de votre collaboration avec François Corteggiani.
François m’a donné tout le découpage de l’album. 
Découpage écrit, avec les descriptions pour chaque case avec les dialogues et textes narratifs. 
Découpage dessiné, avec une mise en page avec des dessins rapides dans un style « gros nez ». C’était d’ailleurs un peu ma crainte au début de notre collaboration : j’avais peur d’être bridé par cette vision dessinée car j’aime beaucoup chercher les mises en page. Mais en discutant avec lui, j’ai vite compris que ce n’était qu’une proposition qui pouvait être adaptée. Mais comme François est un très grand professionnel, je n’ai pas souvent changé sa mise en page qui est toujours très forte.
Nous échangeons au téléphone très souvent. Soit pour des questions techniques relatives au scénario, soit pour parler des crayonnés ou des encrages des planches envoyées.
Travailler avec lui est très facile, c’est vraiment un grand plaisir.
Crayonné de Christophe Alvès pour la planche3 de l'album
Le crayonné
Avez-vous réalisé les couleurs?
Casterman m’avait proposé de m’en occuper mais j’ai préféré décliner ce travail, préférant me focaliser sur les 54 planches à dessiner. 
C’est Baptiste Corteggiani qui est en charge de cette partie très importante. Je suis vraiment très heureux de travailler avec lui.
Il est très à l’écoute de mes indications et propositions. J’essaie également de lui laisser assez de liberté pour qu’il puisse apporter sa touche personnelle.
Encore une fois, la relation professionnelle est simple et très sympathique.
Encrage de Christophe Alvès pour la planche3 de l'album
 La planche encrée
Cela a t-il demandé beaucoup de travail d'adapter votre style de dessin à un univers aussi exigeant que celui de Jacques Martin ?
Le gros du travail a été d’analyser le trait propre à Jacques Martin, les attitudes particulières de ses personnages, le choix de ses plans. Casterman m’a fourni des copies en grand format de quelques-unes des planches Noir et Blanc de « L’ouragan de feu » et du « Mystère Borg ». Albums qui devaient être les références graphiques.
Ensuite, j’ai passé quelques heures à dessiner les personnages principaux pour que ma main apprenne une nouvelle gestuelle. Un trait moins « rond » que sur mes précédentes réalisations.
La Bande Dessinée franco-belge a toujours été ma passion. Mon dessin est évidemment inspiré de cette école. Assez naturellement, je pense m’être approché du style de Jacques Martin avec moins de problèmes que je pensais.
L’étape suivante a été de travailler sur les planches en se mettant une pression d’exigence pour chaque planche mais en évitant surtout de se mettre une pression négative en pensant travailler sur une des séries phares d’un monument de la Bande Dessinée.
Pendant tous ces mois de labeur, j’ai toujours gardé à portée de main les copies des planches de Jacques Martin afin de m’y référer lors de doutes.
J’ai essayé de garder un « esprit Martin » dans mes dessins sans essayer de copier chaque particularité de son dessin. Les premiers retour du public sont encourageants. J’en suis très heureux. J’espère que les fans et les autres lecteurs s’y retrouveront lors de la découverte de l’album.

                                                  unnamed-10

Et mise en couleur par Baptiste.