Le nouvel album de Sparte,"Ignorer toujours la douleur", signé Christophe Simon et Patrick Weber est sorti il y a quelques jours. Et le moins que l`on puisse dire, c'est que l`on s`ennuie pas une seconde!
Et comme j`ai aimé ce livre, j`ai invité Christophe Simon.
Rencontre avec le dessinateur.
  1. 写真: Voilà , à l'endroit cette fois-ci. C'est pour un pote à qui ça peut servir ;

 
Après deux ans d'absence, nous retrouvons Diodore  dans la suite de cette  histoire cruelle, entre combats fraticides, complots et  guerres . Pouvez-vous nous résumer cette histoire, écrite par Patrick Weber?
 
Comme on s'y attendait à la fin du premier tome , les Achéens sont aux portes de Sparte. Ensuite , va s'installer une guerre des nerfs entre les armées d'Achille et de Nabis qui refuse de sortir de sa tanière. Pendant ce temps , à Sparte , c'est l'ébullition. Les rebelles d'Agésilas entretiennent un climat de révolte au sein de la cité. Dans cette confusion générale, Diodore se démène comme un diable pour libérer Dorkis des geôles de Nabis. Pour ce faire ; il est déchiré entre le sort de Dorkis et celui d'Agésilas qu'il doit livrer à Nabis pour accomplir sa mission et ainsi sauver l'enfant. Cette histoire voit aussi apparaître deux nouveaux protagonistes (Mélénas et Appia) hauts en couleur. Le récit se termine en apothéose avec l'affrontements des armées Spartiates et Achéennes car la guerre est inéluctable.....
 
Pourquoi avoir choisi Sparte et cette époque?
 
Parce que c'est une époque sombre et peu connue de la cité grecque. Cela permet ainsi de sortir de l'image d'Epinal et des clichés habituels sur Sparte ( 300, guerre du Péloponnèse). Cela permet aussi d'avoir une fiction qui ne soit pas trop écrasée par l'Histoire avec un grand "H". Plutôt qu'une Bd didactique , c'est surtout le destin croisé entre différents personnages aux personnalités complexes que nous voulions mettre en scène. Cependant cette option n'exclu en rien une grande rigueur historique en ce qui concerne le contexte et le cadre de l'histoire.
© éditions du Lombard. Simon/Weber
Sur combien de livres sera contée cette histoire?
 
Le plus possible! (rire). Là je suis déjà occupé sur le troisième tome , et je peux déjà dire qu'il y en aura un quatrième.
 
Les couleurs de la Grêce sont habituellement éclatantes de lumière . Dans  votre album, elles sont sombres. Pourquoi?
 
C'est un choix délibéré.  Je voulais des couleurs qui expriment l'ambiance du récit. Par exemple , j'aurais trouvé ça inopportun de représenter les scènes finales , où le sang coule à gros bouillon, sous un beau ciel azuré.
 © éditions du Lombard. Simon/Weber
Pas mal d'hommages à des artistes que vous aimez: Pierre Desproges, et dans "Ignorer toujours la douleur", c'est David Bowie qui est un des personnages central de l'histoire, eut-être d'autres que je n'ai pas vu?...Pourquoi s'inspirer de personnages rééls?
 
Oui , il y en a d'autres ^^( Kirk Douglas , Georges Moustaki , ....) . Ces choix me viennent lorsque je lis le scénario de Patrick. Là , je me fais mon petit casting dans ma tête. De là , plutôt que de dessiner un personnage qui ressemble vaguement à "Untel" , je joue le jeu à fond. Je trouve que cela donne plus de vie au dessin et plus de variété. Cela évite aussi de tomber dans un des pièges du dessin classique ou tous les personnages se ressemblent. De plus , vu le nombres de protagonistes dans Sparte , il est temps de bien les différencier afin d'éviter la confusion.
Kirk Douglas
 
Outre Sparte, avez-vous d'autres projets dans vos cartons?
 Oui , mais il est juste encore un petit peu trop tôt que pour en parler vu que la sortie de l'album n'est pas imminente^^. En tout cas , ce que je peux déjà en dire , c'est que je suis vraiment très motivé sur ce projet qui est pour moi la réalisation d'un de mes rêve les plus fous. Nous en reparlerons donc en temps voulu.
Merci , Christophe, d`avoir repondu aux questions d`Alix Mag`! Prochainement, nous vous proposerons une exposition de dessins et de recherches en noir et blanc de Christophe Simon, mais me manquez pas le portefolio sur le site du Lombard.
 
Okayama, Japon/Alix Mag'2013.