Dans quelques jours sortira la réédition du voyage d'Alix consacré à Jérusalem, dessiné par Vincent Henin. L'album intègre ainsi la nouvelle collection et sa nouvelle maquette. La première édition date de 2002.





maq

Dans son introduction, Jacques Martin écrivait sur Jérusalem:" Lorsque l'on visite le site, l'impression est saisissante. La sensation de fouler un sol aride, brûlant, où il ne pleut jamais , et le silence, parfois coupé par un vent léger et chaud, frappent encore davantage. Dans cet ensemble fantastique, désertique et piquant, quelques bruissements lointains font penser à des cris, à des pleurs, comme si toutes ces pierres répercutaient encore les hurlements et les gémissements de tous ceux qui ont lutté et péri là, il y a tant de siècles, sur cette terre âpre et cruelle."

titre_logo

En 2005, Vincent Henin avait répondu à mes questions, en voici quelques morceaux choisis, agrémentés de pages de cette réédition.

 

vhvh_par_Simon

A gauche, autoportrait de Vincent Henin , à droite,le dessinateur  dessiné par Christophe Simon.





La première rencontre:

"J’ai rencontré Jacques Martin en avril 1997. C'est son épouse, lors d'une dégustation de vin, qui m'a appris que son mari cherchait de nouveaux coloristes. Je terminais à l’époque, ma «rhétorique» (l’équivalent belge de l’année du bac en France), et j’allais sur mes 18 ans. Je l'appelai dans les jours qui suivirent. Inutile de dire que je tremblais à l’idée de rencontrer ce grand maître. On fixa un rendez-vous chez lui et je lui montrai «mes oeuvres». Il fût très critique mais me demanda de réaliser des couleurs dès que j’aurai terminé mon année scolaire. Mon travail lui plaisait, même si j’avais encore tout à apprendre!

j1

La nouvelle maquette

J’ai commencé à travailler avec Jacques Martin dès la fin de mes études. J’ai débuté par des couleurs,puis, j’ai réalisé des décors pour «Orion : le Pharaon» et «l’Odyssée d’Alix 2» dessinés par Christophe Simon. Ce dernier avait pour mission de me former, ce qu’il fit très bien! En 1998, Jacques Martin me demanda de réaliser «Carthage», projet abandonné par un ancien assistant ! J’étais pétrifié par ce challenge et je mis deux années à le réaliser.

j2

Apprendre avec un Maître...

Il était très exigeant et ne laissait rien passer. Son dessin et son «école» sont très rigoureux et il exigeait le souci du détail. Chaque étape du travail devait être approuvée par le maître (projet,crayonnés, encrages, couleurs, textes…). Je passais chez lui à Bousval et il critiquait mes dessins, me demandait des petits changements si il y avait lieu, ou me faisait recommencer !
Heureusement, avec le temps, ce n'était que des remaniments mineurs mais il n’était pas rare, au début, qu’il me demandait de tout refaire tellement c'était mauvais !!!
Il me fournissait la documentation et les informations en sa possession.

j3

Je me suis rendu dans chaque pays que j'ai dessiné pour les voyages d'Alix:  la Tunisie pour Carthage, la Jordanie et l'Israël pour Pétra et Jérusalem.
«Lutèce» est le voyage le moins coûteux que j’ai fait !!!

j4

Pour plus d'informations sur Vincent Henin, consultez son site.