couverture_egypte_3

Dans quelques semaines, nous aurons le plaisir de découvrir le nouveau voyage d'Alix consacré à l'Egypte. Je peux déjà vous dire que l'album est très beau. Dès que le regard se pose sur les images, le voyage commence, l'Egypte Antique est devant nous, avec ses lieux mythiques bien sûr (le Ramesseum, le temple de Séti 1er à Gournah, Dendérah, Saqqarah etc...)mais aussi ses scènes de la vie quotidienne. On y raconte notamment la construction, sur le plateau de Gizeh, de la pyramide de Chépren.(voir crayonné ci-dessous).

C'est pour cette raison qu'Alix Mag' vous propose une interview exclusive des 2 auteurs, Rafaël Moralès et Léonardo Palmisano, qui répondent aux questions de Jorge Fernandes (Lion de Lisbonne), Serge Zenatti et Bernard Van Hauwaert.

Toutes les images sont tirées de l'Egypte 3, les crayonnés ont été envoyé par Léonardo Palmisano.

pal_3

A: Présentation

Alix Mag':Etes-vous heureux de votre travail sur l'Egypte 3? Comment s'est passé votre collaboration ?

Rafaël Moralès: -J'en suis très heureux, Léonardo m'a été présenté par Casterman et nous avons tout de suite plongé dans les dessins. L'album était déjà conçu dans les grandes lignes. Je me suis occupé de la conception des dessins, de la mise en page, des textes et de tout le travail de recherche, Leonardo a travaillé sur base de mes croquis et je l'ai accompagné tout au long de la création des dessins. Au début, j'intervenais beaucoup plus qu'à la fin, il s'est vraiment bien plongé dans cet univers, il a fourni de gros efforts et un travail colossal. À l'arrivée, je suis très satisfait du résultat, même si on a mis beaucoup de temps à le finaliser. En plus, nous nous entendons très bien et nous repartons sur un quatrième tome.

Léonardo Palmisano: - Heureux et enchanté même ! En effet, j’ai été contacté par Jimmy Van den Hautte de la maison Casterman , il était à la recherche d’un dessinateur pour relancer des séries de Jacques Martin d’ après son style. Séries qui étaient à l’arrêt, notamment Jhen et Keos.

Après quelques essais satisfaisants sur ces personnages, J.Martin me met en rapport avec Rafael Morales, qui à déjà un dossier sur les Voyages d’Alix en Egypte du tome n°3.

D’après sa mise en page, je réalise une première double planche ; ce dessin est accepté, de là naît notre collaboration pour cette album. Directement le courant a très bien passé entre nous. Pour chaque dessin, Rafael me donnait un croquis de ce qu’il voulait comme mise en page de chaque case , et en plus une énorme documentation et des photos du site à réaliser.

Après avoir étudié les documents, articles etc… Je dessinais la planche au format original, je là lui présentait, il intervenait et me conseillait, une fois les corrections terminées, je la repassais à l’ encre de chine. Plus j’avançais dans les planches moins il intervenait. On peut dire que je me suis complètement imprégné des temples égyptiens. Je tiens à dire que mon travail à été mis en valeur grâce à l’excellente qualité de coloriage réalisé par Micheline Pochez. Si bien que je suis prêt à continuer pour le tome 4 déjà en début de chantier actuellement.

pal1alix_mag_3

Dendérah, l'interieur du pronaos, crayonné et encrage

Alix Mag':Les lecteurs d'Alix connaissent bien Rafaël Moralesl, mais vous, Léonardo, pouvez-vous vous présenter en quelques mots...

Léonardo Palmisano: Je suis né en avril 1962. J’ ai toujours adoré le dessin depuis mon plus jeune âge, j’ai suivi les cours de dessins à l’Académie des Beaux Arts de Binche en dessin et publicité, puis celle de Châtelet en bande dessinée et pour terminer, à celle de Charleroi d’après modèles vivants. J’ai participer à l’encrage des personnages du tome 1 de « TEAM RAFALE » d’Eric Loutte aux éditions Zéphyr (élève comme moi à Châtelet). Avec cet album et l’Egypte 3, ce sont mes seules publications connues en bande dessinée.

B : L'Egypte 3

alix_mag_1

Giseh, le temple bas de Chéops

Alix Mag':Pour réaliser vos 3 albums sur l'Egypte, nous savons que vous avez fait des voyages sur place. L'avez-vous fait pour chacun d'eux?

Rafaël Moralès: - J'ai fait une dizaine de voyages en Egypte, et j'ai pu voir tous les sites que nous avons présentés dans les trois tomes. J'ai déjà la matière pour le tome 4 dont j'écris les textes et prépare les dessins en ce moment.


Alix Mag':Lors de ces repérages, que recherchez-vous, les généralités du site concerné ou les particularités? Et quel support choisissez-vous, le croquis ou la photo?

Rafaël Moralès:-Je prends essentiellement beaucoup de photos, il y a énormément à voir sur chaque site, et même si je passe des heures pour voir chaque recoin et chaque détail, je redécouvre de nouvelles choses à chaque voyage. Je me rends également à des heures différentes de la journée pour pouvoir photographier les reliefs avec la bonne lumière et pour profiter des différentes ambiances. J'essaye aussi d'éviter les moments où il y a trop de foule, mais dès que l'on sort des circuits de tourisme de masse, on est souvent tranquilles. J'ai fait aussi quelques croquis sur place, mais j'aime vraiment beaucoup la photo.

Alix Mag':Nous savons que Jacques Martin a l'habitude de proposer à ses collaborateurs l'accès à sa bibliothèque ou conseille d'acquérir tel ou tel ouvrage. Vous êtes-vous servi de ses propositions ?Avez-vous d'autres ouvrages de références?

Rafaël Moralès: -Pour les deux premiers tomes, nous avions collaboré et il m'avait prêté des ouvrages. Mais au fil du temps j'ai réuni ma propre documentation et pour le tome 3 nous n'avions  plus beaucoup de contacts avec Jacques Martin, et plus du tout  depuis qu'il y a le comité éditorial et que je ne dessine plus les aventures d'Alix.


Léonardo Palmisano : Au début nous nous réunissions chez J. Martin, pour lui montrer et discuter de notre travail, il donnait son avis, mais au fur et à mesure que nous avancions dans les planches, nous n’avons plus eu de contact, on envoyait directement les dessins à la rédaction, par la suite le dessin était soumis au comité éditorial pour qu’ il soit accepté .

Alix_mag_2

Tell El-Amarna, Akhenaton et Néfertiti distribuent des colliers d'or.

Alix Mag':Pour la mise en couleurs des temples, de quelle genre de documentations vous servez vous ? Photos, livres de référence ou alors croquis fait sur place ?

Rafaël Moralès:Nous utilisons la même documentation, photos, livres, articles de revues spécialisées, sources internet, entre autres... Je transmets tout ça à Micheline Pochez, la coloriste, avec une copie du dessin comprenant un maximum d'indications de couleurs mais aussi d'ombres, d'ambiance, pour les costumes, la pierre utilisée, etc...

Alix Mag':En cas d’absence de documentations pour les couleurs, quel est votre méthode pour en définir choix ? Comparaison avec d’autres documents ? Ou alors libre court à votre imagination ?

Rafaël Moralès:-Les couleurs en Egypte avaient presque toujours une valeur symbolique et nous en tenons compte. Bien sûr, il est impossible de connaître toutes les couleurs mais nous avons tout de même beaucoup de documents partiels, de nombreux monuments gardent encore de belles traces de couleurs. Le travail est conséquent en ce qui concerne la couleur, l'imagination intervient peu, nous voulons, dans ces albums, être aussi prêt de la réalité que possible, mais évidemment, nous ne laissons pas de blanc.

Alix Mag':Combien de temps mettez-vous pour dessiner les plans généraux des temples qui demandent beaucoup de travail de perspectives ?Utilisez vous des logiciels de BD ( manga studio, par exemple) pour vous aidez dans votre travail ?

Rafaël Moralès:Le temps nécessaire varie selon les sites, certains sont plus détruits que d'autres. Pour Tell el Amarna, par exemple, il ne reste que des traces des murs au sol et des plans.  Les archéologues ont créé des maquettes dont nous avons des photos, mais nous travaillons essentiellement à partir de plans. Et sans logiciel de dessin, toutes les perspectives sont dessinées à la main à l'ancienne. Cela reste un travail artistique et artisanal.


Léonardo Palmisano: Oh vous savez, je n’ ai pas compté le nombres d’heures, mais je peux vous dire que j’ ai passé pas mal de soirées, quand vous êtes pris dans ce genre de dessins les heures ne se comptent plus, c’est le résultat qui compte . Je n’utilise aucun logiciel de dessin de BD, je n’ai que ma latte et mon crayon, j’utilise tout simplement la méthode de travail dans la construction de la perspective, méthode dans laquelle je dois reconnaître, être à l’aise.

d

Cérémonie du Nouvel An à Dendérah

Alix Mag':La fabrication d’un tel album est elle aussi longue que celle d’une BD classique ?

-Rafaël Moralès:Plus longue, je pense, vu l'ampleur de la documentation à réunir si on veut faire du bon travail, quelque chose de sérieux.


Léonardo Palmisano: Je pense que oui, vu que chaque case a son lot de détails, le dessin est plus long et plus compliqué que pour une BD classique, sans oublier qu’il faut respecté l’architecture et rester fidèle à la réalité. C’est un travail colossal à réaliser, et je vous avoue que je suis très content lorsque une planche est terminée à l’encre de chine et que je passe à la suivante . A force de détails et d’éléments à placer une erreur est vite faite…

.
Alix Mag':L'Egypte est très vaste et il y aurait de quoi faire plus de 3 albums .Pensez-vous avoir fait le tour complet des principaux sites ?

Rafaël Moralès: Nous sommes loin d'avoir tout traité, et même dans les sites déjà reconstitués, il y aurait matière à bien approfondir. Le tome 4 est déjà sur les rails, avec des sites aussi importants qu'Alexandrie, la Vallée des Rois, par exemple.


Léonardo Palmisano: On n’a pas encore fait tout le tour, il y a encore de la matière, dont notamment pour le n° 4 qui est en cours de préparation et qui sera certainement aussi intéressant à dessiner.

C: Questions pour Rafael

Alix Mag':Rafaël, depuis quelques temps vous étudiez les Hiéroglyphes en "cours du soir" à Louvain La Neuve, en Belgique. Vous dites que cela vous plait beaucoup mais quel est le but de cette démarche par rapport à la BD ou d'un point de vue personnel ?

Rafaël Moralès:J'avais envie d'approfondir mes connaissances sur l'Egypte et une des meilleurs moyens est d'étudier les hiéroglyphes. Cela me sert évidemment dans mon travail,  je suis ainsi en contact avec de égyptologues et des passionnés, et c'est très enrichissant et intéressant. Mais je crois que même si je ne dessinais plus l'Egypte, je continuerais à étudier cette civilisation.

Alix Mag':Deux éditeurs reprennent vos dessins pour illustrer leurs livres respectifs sur l'Egypte Ancienne (Versant Sud - Au fil de la BD "L'Egypte Ancienne" avec Hotep et Sevensept "L'Egypte - Des merveilles d'hier aux Mystéres d'aujourd'hui" avec les voyages d'Alix) vous devez en être fier ?

Rafaël Moralès:Ma foi je suis assez content que notre travail soit reconnu et repris dans d'autres ouvrages. J'ai appris aussi que "les Voyages d'Alix" sur l'Egypte étaient utilisés par des guides sur place, en Egypte, et même dans certains bateaux de croisière sur le Nil. Cela fait très plaisir, comme par exemple le nombre d'enseignants qui me disent utiliser ces livres avec leurs élèves. Nous avons beaucoup de satisfactions avec ce travail.

Alix Mag':Revenons à vos premiers pas avec Jacques Martin et l'ouvrage sur Toutankhamon, cela a du être difficile à créer . Aimeriez-vous en refaire un autre ?

Rafaël Moralès:C'était il y a bien longtemps, et c'était effectivement un gros travail de conception, mais c'était agréable à faire et cela m'a permis d'aborder sérieusement l'Egypte, et d'aller consulter les archives photographiques d'Howard Carter à Oxford, par exemple. Nous avions commencé la réalisation du temple d'Olympie, j'avais même créé la maquette en blanc, mais nous n'avions pas terminé le travail, les ventes de ces ouvrages s'étant révélées plutôt confidentielles. J'avais aussi réalisé la mise en forme du Cheval de Troie en carton à découper et qui était offert à l'achat de cet album. Je ne pense pas refaire ce genre de travail un jour, je préfère l'illustration et la BD.

t

Alix Mag':Votre passion pour l'Egypte est-elle plus grande que celle de la Rome Antique ou d'autres civilisations?

Rafaël Moralès:J'aime toute l'Antiquité, j'avais étudié le latin au collège et quand j'ai commencé à travailler avec Jacques Martin je connaissais mieux Rome et la Grèce que l'Egypte, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Mais pour Hotep, je me suis replongé récemment dans l'histoire du monde hellénistique et c'est aussi très intéressant. L'avantage avec l'Egypte est que la période couverte est très vaste et mène jusqu'à l'époque romaine. Même si j'aime tout ce qui est l'Histoire, j'ai quelques périodes qui m'intéressent plus (la deuxième guerre mondiale, la période napoléonienne, par exemple) il est vrai que je passe beaucoup de temps à mieux connaître le pays des pharaons, vous l'aurez compris!

Propos recueillis en mars et avril 2009

Quelques liens utiles:

http://www.tcomt.fr/Sitealix/Dossiers/06AlixArgus/FicheToutankhamon/Toutankhamon.html

http://bd.casterman.com/docs/Contents/259/ALIX.pdf

http://alix60.artblog.fr/336231/La-maquette-du-cheval-de-Troie/#addcomment

pal_2

Le Ramesseum