couv

Monsieur, frère du Roi est en librairie , et je dois dire que j'ai pris un grand plaisir à lire cette nouvelle aventure de Loïs ... On sent que les auteurs se sont bien  amusés à faire vivre ce petit monde! L'intrigue de Patrick Weber est riche en rebondissements ,  bien ficelée, les dialogues à la Cour du roi sont pleins d'hypocrisie..Ah, le dialogue entre la Montespan et Madame de Maintenon..!

Olivier Pâques nous gratifie d'un dessin élancé, ses personnages prennent de plus en plus d'ampleur, et ses décors très fouillés nous permettent de retrouver le Versailles de Louis XIV ! Extraordinaire travail de reconstitutions: Versailles, Paris, Saint-Cloud...Du très beau boulot, bravo!

J'ai demandé à Olivier Pâques de répondre aux questions de Serge Zenatti et de moi même!

Je vous rappelle l'interview de  Patrick Weber sur ce même sujet.

1: Pour la première fois depuis sa courte existence, une aventure de Lois se déroule intégralement à Versailles. Ce doit être assez jubilatoire de faire revivre cette époque dans ce lieu, n'est-ce pas?

    C'est passionnant, surtout... c'est un des rares lieux ou par endroits on pourrait encore se croire au XVIIème siècle. Bien sûr pas mal de choses ont changé dans les intérieurs, du côté de la ville, mais dans l'ensemble il reste beaucoup de choses qui n'ont pas changé. Dans les jardins par exemple, suite à la fameuse tempête, on est en passe de recréer le dessein initial de Le Nôtre.   

2: Lors de notre escapade à Versailles  avec le groupe des Enfants d'Alix, tu t'es t'es montré un fabuleux guide, prouvant que tu connaissais parfaitement l'histoire du château . Comment s'effectue le travail de reconstitution d'un tel lieu?
        Il y a une part de spéculation dans une reconstitution, quelle qu'elle soit.  Dans le cas de Versailles, comme je l'ai dit précédemment, il nous reste beaucoup d'éléments de cette époque ( les façades, les jardins, la grande galerie, certains grands appartements...).  Il arrive que je n'aie presque aucune représentation des lieux que je dois dessiner.  A ce moment je pars souvent d'un plan, les compare avec des élévations qui y correspondent, ensuite, mises aux mêmes proportions, ces données me donnent une idée de la grandeur d'un salon, d'une chambre, d'un couloir,... tous ces endroit qui parfois ont étés modifiés ou supprimés.  Pour l'ameublement et la décoration je me sers de ma documentation et de ce que je sais des goûts du Roi.  Parfois aussi, je m'inspire de châteaux ou d' hôtels ou le style Louis XIV a miraculeusement survécu.  Ma connaissance de Versailles n'est pas parfaite, elle évolue, c'est tout.

3:  Une question un peu étrange, mais quel âge a Lois?

Vingt ans!  Ce n'est pas parce que j' idéalise cet âge-là.  a ce stade de la vie on est souvent maladroit, presque toujours inexperimenté, naif,... mais sincère aussi, car les idéaux sont encore à peu près intacts.
Et puis physiquement on est au mieux de sa forme, c'est important pour pratiquer le métier de héros de bandes dessinées n'est-ce pas?

4: Que pensez –vous des œuvres du peintre Charles Lebrun (décorateur de Versailles sous Louis XIV) ? Pensez vous qu’avec le recul l’on  puisse dire que c’est un grand peintre de son époque comme le suggère Louis XIV ?

J'apprécie énormément le travail de Lebrun, et je ne pense pas qu'il y ait  besoin d'avoir quelques siècles de recul pour le considérer comme un grand peintre.  Pourquoi Nicolas Fouquet et puis Louis XIV se seraient-ils attachés ses services si Lebrun n'avait pas été un grand peintre.  Il devait avoir une capacité de travail impressionnante,  et une fameuse aptitude à gérer de grands chantiers .  Malgré tout celà, je ne pense pas qu'on puisse le classer parmi les artistes essentiels  de l'histoire de la peinture... c'est dur mais c'est comme ca.  Il y a des artistes qui dépassent largement les autres par leur talent. Je pense à Van Dyck, au Bernin dans le domaine de la sculpture à la même époque, ou encore à Paul Cuvelier en bande dessinée. 

5: Vos références en BD, se trouvent-elles dans d’autre œuvres que celles de J.Martin ?

J'ai un peu répondu à cette question lors de la question précédente... Ca me parait tout naturel d'avoir en maximum de références.  Si on manque en B.D. du recul necessaire pour juger de l'importance de tel ou tel auteur, je crois pouvoir affirmer que des dessinateurs comme Cuvelier continueront à s'imposer comme des maîtres, tout comme Jacques Martin, d'ailleurs. 

6:Votre dessin me semble-t-il fait référence à un style que l’on pourrait qualifier de « flamand », un peu comme les dessins de Funcken (Capitan, le chevalier blanc, etc.) : Et vous comment qualifieriez-vous votre style ?

C'est prétentieux de parler de style à ce stade de ma carrière, mais je pense que je peux qualifier mon dessin de "classique" dans le sens où je n'ai pas l'envie de bousculer trop fort les codes de la B.D.  Si on qualifie mon dessin de "Flamand", ce n'est absolument pas voulu... et puis me comparer aux Funcken... je ne sais pas!  J'imagine que c'est un question de talent, une fois de plus, si j'en avais eu plus, peut-être qu'on aurait dit de mon "style" qu'il est "Italien".

Propos recuellis le 23 mars 2009.

crayonn__page